Quand la fatigue se fait sentir

Le mois de Juin a suivi le rythme imposé par Mai. La course contre les orages semble sans fin. La floraison a débuté tôt cette année dans le Gamay puis a suivi malgré le refroidissement pour les autres cépages.  Il y a beaucoup de grappes  mais beaucoup de soucis aussi. Un peu de coulure climatique à cause de cette floraison dans le froid, de millerandage car certains pieds ont préféré attendre le redoux; le mildiou et le black-rot se sont installés sur les feuilles à la suite des énormes orages. Avec la chaleur, les orages et l’humidité, la pression demeure encore. Il est temps que les grappes se ferment pour souffler un peu. Avec tous ses traitements de tisanes, décoctions et huiles essentielles, les travaux du sol n’ont pas pu être menés à bien : la course continue. Les récoltes de plantes pour assurer les soins ont aussi parsemé l’emploi du temps.

Dans le chai, après avoir essuyé une inondation, il était temps de mettre Cocous en bouteille. Toujours en famille, cette mise en jour fruit, lune descendante et sous le soleil a été une parenthèse enchantée. Cocous est très prometteur. Il se repose maintenant et sera mis en vente en Août. Une petite séance photo dans les foins pour rappeler ses couleurs dorées et hop, à la cave.

Les premiers retours sur Dahlia sont excellents : c’est un vin rosé qui surprend et qui plait. Cela fait vraiment plaisir et donne du courage dans ces moments épuisants.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s