Le grand bain

Le mois de novembre a été plus calme. L’essentiel du travail a été fait en cave. Les fermentations alcooliques et malolactiques étant toutes terminées, le travail est maintenant concentré sur l’élevage et l’ouillage. Il a aussi fallu habiller les dernières bouteilles du millésime 2017. 

L’association Pinards et Jus d’Ancenis m’a très gentiment invitée au salon La Boire qu’elle organise chaque année à Nantes le premier week-end de décembre. Une grande première pour moi. Les premières confrontations de mon vin avec les professionnels, vignerons et autres acteurs de la filière vin. Grâce à votre soutien, le stock de 2017 était déjà restreint. Le salon a fini de l’écouler. Le 1er décembre est le jour de mes premières ventes professionnelles mais aussi celui de mes dernières ventes de Cocous et Dahlias 2017.  Tout a disparu en quelques heures. Même pas de quoi assurer ma présence sur les deux jours du salon. Dorénavant les dernières bouteilles 2017 sont toutes dans vos caves personnelles ou à la cave Sauvage (Paris, 6e). 

L’association Pinards et Jus d’Ancenis m’a très gentiment invitée au salon La Boire qu’elle organise chaque année à Nantes le premier week-end de décembre. Une grande première pour moi. Les premières confrontations de mon vin avec les professionnels, vignerons et autres acteurs de la filière vin. Grâce à votre soutien, le stock de 2017 était déjà restreint. Le salon a fini de l’écouler. Le 1er décembre est le jour de mes premières ventes professionnelles mais aussi celui de mes dernières ventes de Cocous et Dahlias 2017.  Tout a disparu en quelques heures. Même pas de quoi assurer ma présence sur les deux jours du salon. Dorénavant les dernières bouteilles 2017 sont toutes dans vos caves personnelles ou à la cave Sauvage (Paris, 6e). 

Les retours chaleureux sur les dégustations autant de Dahlia que de Cocous m’ont donné le courage et la confiance nécessaire pour élever le millésime 2018. Ce fût une expérience extraordinaire. De précieuses rencontres et pleins de nouvelles envies pour les prochains millésimes, avec un énorme coup de coeur pour Isidore 2015 de Didier Chaffardon. Merci à tous les vignerons Jacques Février, Xavière Hardy, Jacques et Marie Carroget, Adrien de Mello, Didier Chaffardon et tous les autres professionnels et particuliers. Vos conseils restent bien au chaud pour les prochaines bouteilles. Je regrette sincèrement de ne pas avoir su être présente sur les deux jours. Je n’ai pas eu le courage de présenter mes bruts de cuves. Je préfère attendre qu’ils soient plus mûrs. Après tout, ce sont toujours mes premiers.

Je voulais vraiment me préserver de cette course à la mise en bouteilles dont sont victimes les vignerons. Mais l’engrenage des salons ne semblent pas laisser beaucoup d’alternatives. Je vais voir comment aborder mon prochain salon en mars. Plein de questions fusent. Dois-je anticiper la mise en bouteille quitte à sacrifier un peu d’élevage ? Dois-je préparer des bruts de cuve ? Il va être temps de prendre des décisions. Rapidement. « Heureusement » je ne fais pas encore les grands salons professionnels d’Angers en février.

En attendant la taille peut commencer…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s