1, 2, 3, vendanges !

Septembre, le mois de toutes les vendanges. Toutes manuelles, toutes en caisses de 20kg, toutes pressées et encuvées à la main, aux pieds, en douceur et en utilisant uniquement la gravité.

Elles ont débuté le 13 septembre avec le Gamay. Je l’ai mis en cuve en grappes entières pour une macération semi-carbonique de 10 jours. Il a été ensuite pressé et la fermentation qui avait débuté dans le jus de macération a repris de plus belle une fois les grappes pressées. Un beau rouge primeur fruité se prépare. Cette année j’ai essayé de limité les apports en sucres pour avoir des jus moins fort en alcool.

Le 15 septembre, toute la parcelle de chenin a été vendangée pour préparer un blanc sec. Aussitôt pressé, le moût est entré rapidement en fermentation spontanée grâce aux levures indigènes de la parcelle. Le froid des dernières nuits m’oblige à chauffer un peu le chai pour aider les levures à continuer sereinement leur fermentation. Heureusement la CAB m’aide chaque semaine à veiller à la bonne santé des moûts et de leur population.

Le 23 septembre, ça a été au tour des Pineau d’Aunis pour Dahlia. Les bons rendements de cette année m’ont obligé à vendanger la parcelle en plusieurs fois. Nous avons un rendement de 35 Hl/Ha pour le Gamay et le Pineau d’Aunis, de 10Hl/Ha pour les vieilles vignes de chenin et 16 Hl/Ha pour le cabernet franc. Ce dernier a été vendangé le 26 septembre. Les deux ont été pressés directement et font leur fermentation séparés, contrairement à l’année dernière.

Débute maintenant la période de surveillance quotidienne à la cave et des décisions rapides qui en découlent parfois. Il va aussi falloir se préparer aux premiers salons et foires du vin.

Merci à tous pour votre soutien, votre aide en cette période chargée, vos conseils, vos encouragements et votre bonne humeur !