Collaboration

Cette année est définitivement sous le signe du partage. J’ai enfin eu l’occasion de sortir de mon cocon avec quelques bouteilles, pour échanger, pour apprendre et pour partager. C’est l’un des plus précieux avantages de cette profession. Un métier solitaire mais fait d’échanges et de rencontres. C’est certainement la raison profonde qui m’a poussée vers cette activité. Le retour à la nature évidemment est ce qui m’a attirée. Le retour à la nature et la convivialité de ce que l’on fabrique. Nous créons dans la nature pour apporter surprise, joie et convivialité. Comme tout processus de création, il y a un temps de repli sur soi, d’introspection. Puis un temps de confrontation, d’appel à l’aide et de don à autrui. Ce qui m’a marquée quand j’ai fait mes premiers pas dans ce milieu, c’est cette conscience collective de la nécessité d’entraide, ou tout du moins de partage. Une sorte de bienveillance professionnelle. Il y a bien sûr des tensions, des guerres de paroisses. Nous sommes loin du monde des bisounours. Mais chacun a conscience à son niveau que seul, on ne peut pas grand chose. En même temps, ce texte vient à la suite de quelques récoltes… sûrement l’effet vendange !

En parlant de partage, j’ai le grand plaisir de vous informer que le premier guide « Vigneronnes, 100 femmes qui font la différence dans les vignes de France » est sorti dans les librairies et Sandrine Goeyvaerts y parle de moi 😉

Le mois d’Août a été calme, excepté le camping sauvage organisé par les chevaux de la parcelle voisine. Ils ont profité des 24h de liberté pour boulotter le pineau… La sécheresse, elle non plus, n’a pas abandonné la partie. Les véraisons se sont faites lentement. Les poules ont vu leur enclos restreint à la portion congrue car elles commençaient à manger les baies les plus mûres. Les maturités se sont bloquées pour mieux accélérer en septembre. De petites récoltes en sont nées. Petites mais au potentiel incroyable. Le gamay a été rentré pour une nouvelle cuvée surprise à venir, puis le pineau d’Aunis et le cabernet franc pour le désormais classique Dahlia. Le tout sous un soleil de plomb. Merci mes amis pour votre aide. Les levures sont maintenant en train de prendre le relais. Je les surveille et les soutiens du mieux que je peux.

Cette année, ce sera aussi le grand retour tant demandé de Cocous. Les belles grappes de chenin patientent encore pour vous offrir d’incroyables bouquets d’arômes. J’ai hâte !

En Août, débute l’aoûtement

Le temps du mois d’Août a été propice à la vigne. Les périodes de grand beau temps ont permis aux grains touchés par la maladie de sécher, les dernières pluies ont apporté un second souffle aux raisins qui auront cette année plus de jus. La fraicheur matinale s’est installée, l’automne arriverait-il déjà ? Il faut que ce temps dure jusqu’aux vendanges.

La véraison a débuté avec le Gamay au début du mois, pour se poursuivre par le Pineau d’Aunis, le Chenin et enfin le Cabernet Franc. Les premières analyses de maturité viennent juste d’être faites. La date des vendanges se confirme. Encore un peu de patience… Botrytis commence à faire son apparition. Les raisins sont beaux, les grappes pleines, les ceps ont bien avancé leur aoûtement.

Ecocert est passé et le domaine entame donc sa deuxième année de conversion, sans surprise. Quelques compliments au passage, cela ne fait pas de mal.

Côté chai, Zelda a été mis en barrique pour une petite surprise à venir. Cocous est maintenant disponible. Les premiers retours sont excellents. Merci. J’en ai profité pour faire des petites fiches présentant chaque vin.

Un petit coup de peinture, un peu de rangement et le grand nettoyage sont en cours ! Tout va bientôt s’accélérer…

Accalmie et organisation

Le mois d’Août est bien avancé. C’est le moment de prendre un peu de repos avant la grande course des vendanges. Les raisins se portent bien. L’aoûtement est en cours. Les véraisons se poursuivent. Le temps qui alterne pluie et soleil, jours chauds et plus frais font du bien aux vignes. Avec cette météo, les angoisses liées à l’apparition de jaunissement et de grains un peu rachitiques se dissipent. Les derniers 10mm de pluie ont redonné du vert et du volume à tout cela.

Les derniers travaux dans les vignes ont été fait (un léger rognage et une ou deux tontes). Cette semaine, ce sont les travaux du chai qui touchent à leur fin. Il ne restera plus qu’à faire un grand nettoyage du matériel juste avant les vendanges.

Ces dernières devraient commencer début septembre avec le gamay. Celui-ci est bien sucré et perd son acidité. Il plaît déjà aux chevreuils (malheureusement). La véraison du cabernet franc commence. Il me faut prévoir une autre période de vendanges fin septembre. Elle sera rapide et suivie de près par celle du chenin qui pour le moment se développe bien.