En Août, débute l’aoûtement

Le temps du mois d’Août a été propice à la vigne. Les périodes de grand beau temps ont permis aux grains touchés par la maladie de sécher, les dernières pluies ont apporté un second souffle aux raisins qui auront cette année plus de jus. La fraicheur matinale s’est installée, l’automne arriverait-il déjà ? Il faut que ce temps dure jusqu’aux vendanges.

La véraison a débuté avec le Gamay au début du mois, pour se poursuivre par le Pineau d’Aunis, le Chenin et enfin le Cabernet Franc. Les premières analyses de maturité viennent juste d’être faites. La date des vendanges se confirme. Encore un peu de patience… Botrytis commence à faire son apparition. Les raisins sont beaux, les grappes pleines, les ceps ont bien avancé leur aoûtement.

Ecocert est passé et le domaine entame donc sa deuxième année de conversion, sans surprise. Quelques compliments au passage, cela ne fait pas de mal.

Côté chai, Zelda a été mis en barrique pour une petite surprise à venir. Cocous est maintenant disponible. Les premiers retours sont excellents. Merci. J’en ai profité pour faire des petites fiches présentant chaque vin.

Un petit coup de peinture, un peu de rangement et le grand nettoyage sont en cours ! Tout va bientôt s’accélérer…

Fermeture en juillet

Les grappes ont profité du mois de juillet pour se fermer. Elles sont prêtes pour la véraison qui pointe son nez côté Gamay. D’après mon calendrier de l’année dernière, je vais avoir un peu plus de temps qu’en 2017 avant les vendanges mais elles arriveront bien tôt tout de même. Enfin, tout dépend de la météo des prochaines semaines. Le début du mois a été celui des dernier traitement et la fin du mois celui de l’effeuillage, rognage ou tressage pour assurer une belle maturité. Chaque parcelle a profité d’une technique différente, histoire de pouvoir comparer un peu en fin de saison. Les premiers retours laissent à penser que le tressage favorise un peu les amas. L’aération y est moins bonne et en année mildiou comme 2018, ce n’est peut-être pas le choix le plus judicieux. Les canicules qui se suivent font souffrir les ceps et certains d’entre eux n’y résistent pas. C’est pourquoi j’ai choisi de rogner certaines parcelles. Il est nécessaire de limiter l’évapotranspiration et donc le nombres de feuilles.

A la cave, Cocous se remet de sa mise en bouteille et est maintenant prêt à être dégusté. Il va être proposé à la vente très prochainement. Dahlia continue à vous plaire et a représenté la Tour Brune pour un grand événement (merci Quentin et Monique pour lui avoir fait confiance pour illuminer votre mariage). Zelda semble avoir atteint un bon équilibre, je vais pouvoir profiter de l’accalmie d’Août pour le mettre en bouteille et pour préparer les vendanges qui débuteront certainement autour du 10-15 septembre.